A votre écoute  04 93 96 92 40
Plongez dans votre vie !

A 50 ans, on est FLAMBOYANT

a 50 ans ont est flamboyant

Les modèles en illustration ont plus de 50 ans et ils sont flamboyants ou « flambant vieux » pour citer Zazie…

Je me suis toujours interrogée sur la frontière des 50 ans voire 45 ans en entreprise…
Pourquoi les termes de « senior » ou « responsable des achats de moins de 50 ans » ?
Parce que les études marketing nous disent qu’à partir de cet âge, nous consommons moins…
En entreprise, bien qu’il n’y ait aucune définition juridique de ce qu’est un senior, on pourra vous convoquer pour réaliser un premier bilan de carrière…

Je trouve ces mises en catégories dépassées et surtout d’un grand manque de créativité, car l’entrée dans la vie active se fait plus tardive, la durée de vie ne cesse de s’allonger, et l’âge de la retraite recule. Avoir 50 ans aujourd’hui, ce n’est qu’être au milieu de sa vie ! 

Parallèlement, selon l’APEC, les entreprises (6 TPE-PME sur 10 en moyenne) peinent à recruter des cadres… Je constate, dans les recrutements que je mène, que les profils « séniors » sont rarement retenus : peur qu’ils aient du mal à s’adapter (« trop formatés aux cultures d’entreprises précédentes ») ; qu’ils manquent d’énergie, qu’ils coûtent trop cher (quand bien-même l’intérêt pour le travail devient leur priorité, et leur salaire secondaire, du fait de l’allégement des charges courantes : départ des enfants, remboursement des emprunts…).

Les entreprises qui ont le plus de mal à recruter sont sur des métiers en tension (je pense notamment à l’informatique), et les flamboyants pourraient très certainement, moyennant une formation de mise à jour technique, venir renforcer leurs équipes.

Face à ces réalités, il est grandement temps pour les entreprises de changer de point de vue sur les plus de 50 ans et de penser à ce potentiel inexploité. Mais ces a priori, ne sont pas le seul fait des entreprises : les plus de 50 ans, eux-mêmes, doivent se percevoir plus positivement, se réinventer tout au long de leur carrière et apprendre à valoriser l’étendue de leurs compétences.

Un récent rapport de France Stratégie, nous enseigne que la France reste loin de ses voisins européens quant à l’emploi des 60-64 ans : 29.4% en France contre 42,5% en Europe. Même si les 55-64 ans sont 51% à travailler en 2017, contre 30% en 2000, nous pourrions améliorer les choses…

newsletter abonnez vous

Entreprises, apprenons à produire du sens !


Ce même rapport propose qu’en parallèle de l’allongement de la durée de travail, la qualité de vie au travail progresse.

La qualité de vie au travail peut s’incarner par l’adaptation des horaires de travail, le développement du télétravail, la refonte des processus et l’équilibre entre vie personnelle et vie privée, et aboutira notamment à la réduction de l’absentéisme ou des troubles psychosociaux … 

Je suis convaincue de l’importance de donner du sens au travail. Et ceci pour tous les salariés, car opposer ou catégoriser les salariés en « millénial » ou « senior », c’est attribuer à priori les mêmes caractéristiques à des groupes sans tenir compte des spécificités de l’individu.

«Un jeune qui a beaucoup voyagé est plus âgé qu'un vieux qui est toujours resté au village.» — Proverbe africain

Cette notion est importante, car j’accompagne bon nombre de salariés dans le cadre de leur reconversion professionnelleet quel que soit leur âge, ils sont à la recherche de sens dans leur vie, et de valeurs qui ne sont pas forcément partagées dans l’entreprise. Pour certains, ils envisagent la reconversion professionnelle comme une perspective de carrière, là où l’entreprise ne leur en propose plus. Pourtant, ils possèdent une énergie formidable et un courage débordant pour se lancer dans de nouveaux projets et prendre des risques !

L’intrapreneuriat

En entreprise, avoir un regard neuf sur ces questions, c’est aussi envisager l’intrapreneuriat pour redonner du souffle à ceux qui se questionnent sur leur utilité ou qui ont l’impression d’avoir fait le tour de leur poste. Cela veut dire que l’entreprise créée des opportunités internes qui vont leur permettre d’innover et de redonner du sens au travail tout en créant des équipes transgénérationnelles et aux compétences complémentaires. L’intrapreneuriat n’est pas nouveau, il date des années 70, mais son utilisation n’a jamais été très répandue. Pourtant, c’est une formidable occasion de valoriser les compétences de tous et de faire prendre corps aux valeurs de l’entreprise.

La GPEC « à la papa »

Et si nous accordions moins d’importance à la GPEC traditionnelle et à sa fameuse pyramide des âges… pour donner vie à une carte des compétences nécessaires à l’entreprise ? Une carte à 360° qui valoriserait à la fois les compétences techniques mais aussi les «soft skills » qui sont devenues des valeurs référentes dans un monde où la seule technique devient de plus en plus rapidement obsolète.

Nous avons aujourd’hui tous les outils technologiques pour suivre et assurer la promotion des compétences de la façon la plus personnalisée possible et contribuer ainsi à une meilleure expérience de l’entreprise par le salarié. Le Grand Bain propose par ailleurs un Parcours Mobilité interne permettant aux entreprises  d’établir une cartographie précise des compétences de leur salariés, ainsi que leur degré de maturité vis-à-vis de leur emploi, et enfin les passerelles de mobilité envisageables en interne.

Mes propositions ne sont pas révolutionnaires, mais elles peuvent être utilisées pour changer notre perception vis-à-vis des « flamboyants ».

Dans un monde économique en perpétuel mouvement, de métiers en tension de recrutement, envisager les «seniors/flamboyants » plutôt comme des  points de stabilité, détenteurs d’une certaine sagesse et porteurs d’innovation, pourrait être à la base de la redécouverte d’un gisement de talents oubliés…

Je suis à votre disposition pour échanger surFacebook Messenger  ou parCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A bientôt,

Sophie -   

Est-ce le moment de changer de job ?


Nous aurions pu commencer ce billet en vous donnant les 10 bonnes raisons de changer de job, mais les motivations pour trouver un nouvel emploi sont le plus souvent personnelles, inscrites dans une chronologie propre à chacun, et par conséquent intimement liées à l’histoire de chacun d’entre nous.

Oui, il y a des pistes, des signes avant-coureurs qui nous amènent à nous questionner : les relations difficiles avec ses collègues ou la hiérarchie, la pression chronique, les années qui passent sans opportunité d’évolution professionnelle, sans augmentation de salaire, une lassitude qui s’installe…

Si vous vivez de façon prolongée une ou plusieurs de ces situations, il peut s’avérer judicieux d’amorcer un rebond et de lancer une réflexion de fond sur votre situation professionnelle. Avant toute décision hâtive, vous devez également prendre le recul nécessaire pour analyser votre situation et envisager les opportunités qui s’offrent à vous, car changer de job ou tenter une reconversion professionnelle, impactera tous les pans de votre de vie.

newsletter abonnez vous

Pour les équipes du Grand Bain, le plus important, est de prendre le temps de réfléchir avant d’agir sur un coup de tête. Le processus de changement doit s’accompagner d’une réflexion à 360° sur l’adéquation de votre projet aux autres dimensions clés de votre vie : famille, loisirs, passions,…

Pour vous aider à démarrer cette quête du job idéal, nous vous invitons à réaliser notre exercice ‘3 items’ et de vous munir de votre smartphone ou d’une feuille de papier et d’y revenir le plus souvent possible pour affiner et ré-évaluer vos réponses à froid (par exemple chaque jour la première semaine et une fois par semaine les deux semaines suivantes).

Prêt.e ? A vos listes :

  • Les 3 items que je n’aime plus dans mon travail et les 3 items par lesquels je souhaiterais les remplacer
  • Les 3 items qui limitent mes possibilités d’agir et les façons de dépasser ces limites
  • Les 3 items que j’aimerais trouver dans mon nouveau job et la manière d’y arriver
  • Les 3 lieux de travail idéaux où je me projette (mon entreprise, un autre service, une autre entreprise, une autre activité…)



Cet exercice a pour but de vous aider à préciser votre situation, vos motivations, vos souhaits professionnels. N’hésitez pas à vous en servir comme d’une première étape dans votre parcours de recherche du métier idéal.

ASTUCE : Vous pouvez également réaliser notre test ‘Aimez-vous votre vie ?’ qui balaiera avec vous les sphères : professionnelle, privée, sociale, et vous-même

J’en ai assez de mon job !

jen ai assez de mon job

Si vous vous répétez cette phrase en boucle et si l’intensité de cette émotion se fait plus forte chaque jour, il est peut-être temps de vous accorder une pause pour réfléchir au pourquoi de ce ras-le-bol.

Est-ce une situation difficile mais qui n’est que temporaire, une simple période d’adaptation à un changement ? Si c’est le cas, vous pouvez vous ressourcer en prenant du temps pour faire ce que vous appréciez vraiment, vous consacrer à vos proches et prendre du recul en préparant, par exemple, un futur voyage.

Mais si cette situation dure depuis plusieurs mois, voire des années, et que toutes les stratégies pour retrouver un nouveau souffle professionnel n’ont pas fonctionné, il devient urgent de de se questionner sur le fond, pour remettre en cohérence vos aspirations personnelles et votre métier.

Quand votre liste des « contre » devient plus longue que votre liste des « pour », que votre salaire ne suffit plus à vous motiver, que se lever le matin n’est plus synonyme de joie, l’idée de la reconversion professionnelle peut effectivement s’imposer à vous !

Mais avant de se lancer tête baissée dans un projet très impactant pour votre vie, il est préférable de suivre quelques étapes pour faire une réussite de votre reconversion professionnelle.

Je repars à zéro

Je le remarque auprès de mes clients, cette première étape, où vous prenez conscience d’une inadéquation profonde entre votre métier et vos aspirations personnelles, se révèle être douloureuse, car vous vous sentez prisonnier(e) de cette situation, sans savoir par où commencer pour retrouver votre sérénité.

Bien que désagréable, cette situation doit être le déclic pour agir et trouver votre job idéal.. L’énergie que vous déployez pour surnager doit être redirigée positivement. Elle doit vous donner la force de ne plus subir et de poser les premiers actes positifs vers votre épanouissement au travail, dans une activité qui a du sens pour vous.

On fait le bilan calmement !

Avant de lister vos besoins et envies profondes, il est important d’identifier ce qui ne va plus, ce qui vous épuise, ce que vous ne supportez plus, ce qui vous démotive,…

Sans sombrer dans le négativisme… être lucide vis-à-vis de soi-même et mettre des mots sur les freins à votre bonheur, permet de ne plus subir ces situations quand elles se présentent à vous.

Bien sûr, savoir ce qui vous motive est l’élément moteur, et tout n’est jamais totalement noir… Avec autant d’application, il est bon de lister ce qui vous procure du bien-être dans l’accomplissement de vos tâches, ce qui est important pour vous quand vous rendez service à un client ou un collègue, le type de relations que vous appréciez, le cadre de travail qui vous motive…

Ce premier bilan vous permet de mieux vous connaître et d’analyser les raisons de votre mal être au travail. Car avant de vous projeter dans un changement radical de métier, d’entreprise, ou dans une création d’entreprise, il faut avoir une grille de lecture de vous-même qui vous permettra de faire les bons choix.

 

newsletter abonnez vous

Je suis libre de choisir

Une fois votre premier bilan réalisé, vous vous sentirez très probablement libéré(e) d’un poids, libre de choisir, et en mesure de commencer à agir. Peut-être cette étape mettra-t-elle en évidence que vous aimez toujours votre métier mais que vous ne partagez plus les valeurs de votre entreprise, et qu’il est temps de trouver un nouveau job.

Si votre introspection vous conduit à une remise en question plus profonde de votre vie professionnelle, vous aurez les clés pour imaginer et créer votre propre chemin vers le changement, pour enfin choisir un métier en lien avec vos passions et rendre concret votre rêve de vie idéale…

Pour éclairer votre choix de nouveau parcours professionnel, il faut prendre en compte la nouvelle situation à 360 degrés : les réactions de votre entourage, les conditions de travail, votre nouvelle situation financière. Parler le plus possible de vos projets vous permettra de recueillir le maximum de réactions des personnes qui vous aiment. Vous devrez néanmoins, en priorité, écouter votre propre voix intérieure pour aller vers le projet qui vous procurera le plus de joie et d’énergie, et pour trouver la force d’affronter les obstacles que vous pourriez rencontrer !

Passer à l’action

Préparer sa reconversion professionnelle, c’est aussi préparer un « business plan » du changement en y intégrant un volet essentiel : l’émotionnel et les valeurs que vous portez.

Je vous entends ! Pourquoi un business plan ? Parce que le chemin vers la réussite de votre reconversion doit intégrer la dimension économique. C’est souvent un des freins à l’action et l’intégrer à votre projet vous permettra de mieux réussir : par exemple, quelle perte de salaire pouvez-vous accepter et sur quelle période ? Avez-vous des économies sur lesquelles vous appuyer ? Quelles aides pouvez-vous obtenir dans le cadre de votre projet ? Il peut être aussi rassurant de prévoir un plan B si votre reconversion ne devait pas fonctionner en prenant un congé sabbatique au lieu de démissionner, suivre une formation dans le cadre d’un CIF…

Se préparer à l’action, c’est aussi se confronter au réel en contactant ceux qui ont suivi la même voie, envisager avec eux les difficultés rencontrées… accepter de ne plus être considéré comme un expert dans son domaine, du moins au début, se lancer dans un parcours d’apprentissage, assumer durant un temps d’être dans une certaine insécurité professionnelle…

Nous avons développé la formule « Je choisis mon métier idéal – Reconversion professionnelle » si vous souhaitez vous faire accompagner dans ce parcours. Je suis à votre écoute pour échanger et je vous souhaite d’ores et déjà de travailler à votre bonheur professionnel chaque jour, de trouver le meilleur alignement entre votre « moi authentique » et votre activité quotidienne.

 A bientôt,

Sophie -    

Pour aller plus loin

je change ma vie sophie

 

 

Je choisismon métieridéal


 

Photo principale par Element5 Digital / Unsplash

Quel métier me correspond ?

quel métier me correspond ?

 

La recherche devotre métier idéal est une quête à laquelle vous avez sans doute déjà tenté de répondre. Avant toute chose, avez-vous pris le temps de savoir qui vous étiez ? Appris à vous connaitre avant de prendre une décision importante en matière d’avenir professionnel ?

Votre métier est-il compatible avec vos traits de personnalité ?

Ces questionspeuvent paraitre anodines, mais en réalité elles s’avèrent indispensables pour choisir un métier qui vous ressemble, qui réponde à vos besoins et à vos sources de motivation profondes.

L’Ennéagramme : de quoi s’agit-il ?

Nous travaillons depuis plusieurs années sur ce sujet avec un outil passionnant : l’Ennéagramme.

Aussi bien pour nos recrutements que dans le cadre de nos bilans de compétences et coachings Grand Bain, l’Ennéagramme permet de définir précisément un profil de personnalité. Il indique les moteurs et les limites potentielles de chacun. Il n’y a pas de bon ou de mauvais profil.
En revanche, il existe des profils parfaitement adaptés à certains métiers et d’autres pas.

Loin de l’idée de mettre les gens dans des cases, l’Ennéagramme nous amène à vous positionner sur l’un des 9 profils possibles, puis à rentrer dans les subtilités des comportements. Il existe en effet, au sein de chaque profil, des variantes qui aboutissent à des personnalités extrêmement diversifiées et parfois surprenantes. Une vraie richesse dans les échanges qui suivent la présentation des résultats.

Voici en quelques mots les 9 types de personnalité définies par l’Ennéagramme :

  • Le type 1 – Le Perfectionniste : « Je suis droit, je suis travailleur »
  • Le type 2 – L’Altruiste : « J’aime, j’aide »
  • Le type 3 – Le Battant : « Je réussis, je suis efficace »
  • Le type 4 – Le Créatif : « Je suis différent, je suis sensible »
  • Le type 5 – L’Observateur Investigateur : « Je sais, je comprends »
  • Le type 6 – Le Loyaliste : « Je suis loyal, je fais mon devoir »
  • Le type 7 – L’Enthousiaste Epicurien : « Je suis optimiste, je suis heureux »
  • Le type 8 – Le Meneur : « Je suis fort, je suis juste »
  • Le type 9 – Le Médiateur Pacificateur : « Je suis bien, calme, facile à vivre »

newsletter abonnez vous

Vous reconnaissez-vous dans l’un de ces profils ?

Ce qui permet de différencier un type Ennéagramme d’un autre, c’est le « moteur ». Si certains comportements semblent identiques pour deux profils, les raisons qui poussent l’un ou l’autre à agir sont, elles, différentes.

Je vous donne un exemple : le 3 « Battant » et le 8 « Meneur » se ressemblent car ils expriment l’un et l’autre le Pouvoir, ils sont énergiques, travaillent énormément, et présentent généralement un vrai leadership. En revanche, leurs motivations sont bien différentes : le Battant agit de la sorte pour atteindre une réussite sociale et une identité de « gagneur », quand le Meneur agit en vue de se protéger : il fuit tout signe de faiblesse ou toute domination extérieure.

C’est en cela que l’outil est passionnant : il permet de comprendre le besoin fondamental de chacun, ce qui le nourrit, ce qui le satisfait.

Savoir comment on fonctionne fait gagner un temps précieux dans la recherche de sens.

Nous le constatons d’ailleurs avec vous : ce qui vous donne envie de démarrer un parcours Grand Bain est sous-tendu par l’envie de donner du sens à votre quotidien, en prenant d’abord le temps nécessaire pour mieux vous connaitre, et ainsi choisir une nouvelle orientation professionnelleen toute connaissance de cause…

L’Ennéagramme est utilisé dans nos formules : Je CHANGE ma vieet Je choisis mon métier idéal.

Sophie -  

Pour aller plus loin

je change ma vie sophie

 

 

Je choisismon métieridéal


 

Reconversion professionnelle : et si vous deveniez intrapreneur ?

intrapreneur

Au cours d’une carrière professionnelle, il est fréquent d’avoir de nouvelles aspirations : envie d'évoluer ou même de se lancer dans une démarche de reconversion professionnelle. Des solutions sont déjà offertes dans certaines entreprises, comme la mobilité interne, l’accompagnement à la reconversion, où l’aide à la création d’entreprise…

Et si votre désir d’entreprendre pouvait trouver sa place au sein même de votre entreprise ? Je vous propose d’aborder dans cet article le concept d’intrapreneuriat.

Qu'est-ce que l'intrapreneuriat ?

Si le terme est apparu dans les années 1970, il n’a cessé d’évoluer pour caractériser aujourd’hui un processus d’entrepreneuriat interne à l’entreprise. De grandes entreprises comme Google, Adecco, Total, s’en sont emparées pour, à la fois, retenir et permettre aux salariés à fort potentiel de continuer à évoluer dans l’entreprise et également pour capitaliser sur la croissance portée par des projets innovants internes.

Intrapreneuriat ou entrepreneuriat ?

L'intrapreneuriat et l’entrepreneuriat ont en commun de s’appuyer sur les mêmes qualités personnelles et entrepreneuriales du porteur de projet.

L’intrapreneuriat prend sa place dans l’entreprise, dans un cadre établi que le projet porté peut venir disrupter ou faire évoluer positivement.

L’intrapreneur s’appuie sur une structure existante avec l’objectif d’accroître la valeur ajoutée de celle-ci tout en bénéficiant d’une prise de risque moindre que la démarche de création d’entreprise.

Pour un salarié, faire le choix de l’intrapreneuriat peut s’avérer un bon compromis. En effet, sans avoir à recréer une structure, conquérir de nouveaux marchés et clients, ou prendre le risque de quitter son emploi pour l’entrepreneuriat, l’intrapreneur peut dédier toute son énergie au développement et à la réussite de son projet dans un cadre sécurisé. Tout au long du projet, il pourra démontrer sa capacité à manager de nouvelles activités, à travailler en autonomie, à mener un projet innovant porteur de richesses pour l’entreprise.

newsletter abonnez vous

 

Comment préparer et réussir votre projet d’intrapreneuriat ?

Vos qualités d’intrapreneur

Comme dans tout projet, il faut commencer par se connaître soi-même. Connaître vos atouts, vos points d'amélioration, et surtout vos capacités à intraprendre. Cette première phase doit vous permettre d’assurer les fondations de votre projet en répondant aux questions suivantes :

  • Quels sont vos moteurs dans la vie ? Vos sources de motivation ?
  • Quelles sont vos qualités ? Vos points à travailler ?
  • Êtes-vous décidé(e) à prendre des risques et des responsabilités supplémentaires dans votre entreprise ?

Travailler vos idées pour faire émerger un projet solide

Faire émerger votre projet d’intrapreneuriat vous demandera de passer en revue toutes les idées que vous pourrez avoir afin d’évaluer leur pertinence pour vous et votre entreprise et finalement choisir celle qui se transformera en un projet viable.

Je vous propose de prendre en compte ces quatre points qui vous aideront à identifier laquelle de parmi vos idées celle qui pourra peut se concrétiser en projet intrapreneurial.

  1. Déterminer les bénéfices pour votre entreprise : vous ne devez pas perdre de vue que votre projet doit être développé dans votre entreprise. Le but est donc de définir clairement sa valeur ajoutée. Ce point est fondamental car il vous faudra convaincre en interne en présentant les critères de réussite et les résultats attendus. Voici quelques exemples de résultats :
  2. Benchmarker: votre projet n'est pas forcément un projet neuf. Vous pouvez aussi saisir l'opportunité d'importer dans votre entreprise ce qui fonctionne ailleurs. C'est ce qui peut permettre par exemple de prendre de l'avance sur la concurrence, ou de faire mieux qu'elle.
  3. Ne pas vous censurer : l'auto-censure peut vous faire passer à côté d'idées pertinentes. Notez chacune de vos idées et revenez-y pour les reformuler et pouvoir en parler autour de vous.
    • nouvelles parts de marché
    • nouveaux marchés
    • diversification rentable des activités
    • meilleure organisation interne
  4. Identifier à qui s’adresse votre projet : vous portez un projet nouveau et vous devrez en tant qu’intrapreneur définir vos cibles pour déterminer les points qui feront mouche et séduiront votre clientèle interne.

Vendre votre projet

Cette étape est cruciale, c’est elle qui vous permettra de convaincre vos interlocuteurs et vous donnera les clefs pour faire de votre projet une réalité.  Pour vous y préparer au mieux, vous devrez :

  • Travailler votre posture, votre mental : en tant que bon vendeur vous devrez dépasser votre timidité, vous préparer à présenter votre projet à l’oral, réagir positivement aux critiques, faire évoluer votre projet en fonction des retours de vos interlocuteurs…
  • Formaliser un business plan : comme pour une entreprise vous devrez justifier d’éléments concrets qui prouveront que votre projet est voué à la réussite.
  • Réaliser un SWOT : la matrice SWOT vous permet de prendre en compte les éléments qui favoriseront la réussite et ceux qui peuvent potentiellement le menacer. C’est également un regard porté sur la concurrence et les éléments extérieurs qui peuvent influencer votre action.
  • Décliner un plan d’action : le fait de planifier les grandes étapes démontrera que vous avez planifié votre projet et que vous vous engagez sur des actions concrètes.
  • Valoriservotre projet : la communication et le marketing sont les clefs de voûte de votre projet intrapreneurial. Le fait de bien l’expliquer, de se vous faire comprendre du plus grand nombre, vous permettra d’être mieux accueilli et de faire face aux objections que l’on pourra vous présenter.

Si vous souhaitez vous engager dans une démarche d’intrapreneuriat, Le Grand Bain peut vous accompagner pour faire émerger votre projet. Notre programme Intrapreneuriat se compose de 3 cycles et de 6 à 8 ateliers en ligne pour chaque cycle. Notre accompagnement met en relief vos critères différenciants, vous permet de valider l’idée la mieux adaptée à votre profil, et enfin de définir un business model et un business plan.

Envie d’en savoir plus ? Appelez-nous au 04 93 96 92 40.

Sophie

 

Pour aller plus loin

Intrapreneuriat

 

Messenger